billard Français brest bienvenu sur le site officiel de l'ABB  libre 3 bandes cadre 5 quilles bande 11 boulevard léon blum brest
 
           Image       
11 boulevard Léon Blum 29200 Brest




L’ACADEMIE BRESTOISE DE BILLARD
 
 Seul club brestois pratiquant actuellement le billard français, l’Académie Brestoise de Billard a vu le jour en 1978 grâce à la volonté de quelques mordus, comme Henri Titeux, ‘Riquet’ pour les commerçants de Saint Martin.
 
Le billard français se jouait toutefois bien avant sur la place de Brest. Les plus anciens se souviennent encore, vers les années 60 et avant, de ces billards implantés en général dans les bars et cafés. Ce jeu de billard français, on ne parlait pas encore, ou peu, de billard à poches : billard anglais, snooker … avait pour cadre des lieux comme le restaurant ‘Les Voyageurs’  cher à Auguste Lombard, ‘La Boule Rouge’ ce bar tenu en haut de la rue Jean Jaurès à la hauteur du Cimetière par la famille Jestin (une feuille de contre-plaqué posé sur le billard transformait celui-ci en table de ping pong), ‘Chez Crespel’, bar de la rue Saint Marc, ‘Le Globe’ rue de Siam….  Sans oublier bien sûr ce bar de la rue de la République, tenu par Hervé Le Failler, le seul a tenir la marée et qui servi de cadre au premier club de billard français de Brest pour la compétition.
 
Henri Titeux faisait partie de ces accros du tapis vert et fréquentait cette salle de la rue de la République. Son métier l’emmenait souvent à se déplacer ce qui lui donna l’occasion de connaître d’autres salles en France, à Paris en particulier. Il y fit la connaissance de plusieurs champions comme Jean Marty entre autres, ce champion du monde d’exception qui joua sur les tables de l’A.B.B., mais aussi des révélations comme Georges Boureztsg, champion de France dans plusieurs disciplines et membre de l’équipe de France de pentathlon. Celui-ci le convia, en 1977, à l’accompagner à Amersfoort en Hollande pour assister à une compétition internationale. Et, dans les conversations durant cette épreuve, il incita Henri Titeux à monter son propre bar avec une salle de billard français.
 
En 1978, une opportunité se faisait jour avec un grand local qui se libérait au 35 de la rue Duperré à Brest, quartier Saint Martin. Une ancienne menuiserie qu’Henri Titeux avec le concours d’autres accros des boules blanches et rouges : Michel Thomas (cadre administratif au Télégramme à l’époque et le plus doué des joueurs brestois, voire bretons, dans ce sport), Jean Claude Mure et bien d’autres, allaient transformer ce lieu en salle spécifique. Sur les conseils de Robert Lautrédou, le rez de chaussée de cette ancienne menuiserie était devenu ce club de billard français, le second club de Brest, avec le Billard Club Brestois de la rue de la République. Il fallait un moniteur, ce fut Georges Boureztsg. La salle fut inaugurée en mai 1978 par Jean Heurtebize, le président de la Fédération Française de Billard. Dès cet instant, de nombreuses compétitions furent organisées dans cette vaste salle digne du billard français, dont une finale de France de ‘Pentathlon’ et une autre de ‘Libre – Honneur’.
 
  
 
L’année suivante, en 1979, Henri Titeux a décidé de transférer le billard à l’étage du bâtiment qui était une ancienne menuiserie de belle  surface et inutilisée. Il ne fallut pas longtemps à Henri et ses complices : Jean Claude Mure, Michel Thomas, Michel Merdy, Jean Jacques L’Elchat, Christian César, Joël Picart, José Hernandez, Robert Lautrédou et d’autres encore pour transférer l’installation du rez de chaussée vers l’étage. L’Académie Brestoise de Billard venait de naître. Elle changera de nom plus tard pour devenir Amicale Brestoise de Billard, pour revenir à Académie Brestoise de Billard, le nom actuel. Elle avait ses propres installations, un lieu magnifique et son président, Michel Thomas et  son adjoint Henri Titeux.
 
Pour le néophyte poussant alors pour la première fois la porte de cette nouvelle salle, inutile de chercher à y trouver une scène du film ‘L’Arnaqueur’, avec fumée de cigarettes, alcool etc … Ici, on y entre à pas feutrés, la lumière diffusée par les abat-jour est limpide avec une atmosphère ouatée. Les paris ne sont pas ouverts, l’endroit n’est pas mal fréquenté, bien au contraire, les mises ne sont pas autorisées, c’est une salle de billard, fière de l’être.
 Ceux qui viennent pour jouer sont de véritables mordus, des artistes pour certains, de vrais ou futurs champions ou simplement des adeptes de loisirs venus taper dans les billes pour la détente. Mais, d’un côté comme de l’autre, on y vit un culte, celui du billard français. Pas étonnant dès lors si son image de marque s’est répandue et si les élus répondirent présent à la sollicitation des adhérents pour l’inauguration officielle. Elle eut lieu en février 1979 sous les yeux de Francis Le Blé le maire de Brest de l’époque, et de Eugène Bérest le député, c’était pour une finale de France de « Promo –‘B’ ».
 En 1982, José Hernandez succédait à Michel Thomas et devenait le nouveau président de l’A.B.B. Il y restera, après avoir marqué de son empreinte ce club en lui imposant des obligations drastiques : interdit de fumer hors le bar, arbitrage à assurer, discipline pour tous, etc… (ce qui lui valut quelques oppositions), jusqu’en 1992. C’est Joël Picart, joueur de très grand talent, qui lui succédera. Aussi actif que le précédent, Joël Picart n’hésite pas à solliciter la Ligue de Bretagne, mais aussi les instances nationales, pour organiser dans cette salle de la rue Duperré de nombreuses épreuves, toutes gérées à la perfection.
 Beaucoup de champions sont passés dans cette salle où, de sept, le nombre de tables est passé à neuf pour redescendre à huit qui n’attendaient que les joueurs, licenciés ou occasionnels, la porte étant ouverte à tous. Club phare pour le Finistère (il a depuis été dépassé par le club de Douarnenez qui possède des installations magnifiques à Tréboul), il est aussi l’un des plus grands clubs de Bretagne. L’Académie Brestoise aligna alors de nombreuses épreuves, départementales, régionales ou nationale comme cette finale de France au « Cadre 47/1 » organisé en avril 1998, dans la salle des conférences de la mairie de Brest mise à la disposition de l’A.B.B. Cette épreuve fut remportée par l’extraordinaire champion Marc Massé de Ronchin alors que les internationaux Dupont, Djoubri, Edelin pour ne citer que ceux-là étaient aussi des huit finalistes de cette finale de France.
 
  
Après vingt ans de fréquentation, ce club brestois qui compta jusqu’à 150 licenciés, a vu le nombre de ses adhérents connaître une forte régression. S’agissait-il d’une passion moins vive, d’un recul dû à la conjoncture économique, c’est plutôt vers ce dernier point qu’il fallut chercher la raison. Conséquence, pour Joël Picart et pour son successeur, Khem Sythongbay, en 1999, la cotisation a été fortement revue à la hausse, sauf toutefois du côté des jeunes où la politique du club était d’inciter ceux-ci, qui commençaient à se tourner d’avantage vers les billards à poches, à intégrer ce club de billard français, le seul à Brest désormais puisque celui de la rue de la République avait fermé. « C’est surtout du côté des jeunes que vont nos efforts, nous souhaiterions voir l’effectif s’étoffer car c’est l’avenir » disait à l’époque Joël Picart, suivi dans ses propos par Khem Sythongbay un peu plus tard et relayés par Jos Berlivet l’actuel président.
 
La cotisation était devenue un frein puisque le club, locataire de la salle, voyait ses dépenses gonfler chaque année : Loyer, impôts, électricité, charges diverses, si bien que ce nombre d’adhérents était en net recul, cette cotisation en étant l’une des causes. A noter aussi qu’en 2000, la commission de sécurité de la Communauté Urbaine de Brest était passée dans la salle et avait exigé de gros travaux pour mise en conformité, une partie à la charge du propriétaire, mais plus de 60.000 francs (9.200 €) à la charge du club. La facture était dure à avaler.
 
La mairie de Brest était consciente de ces charges et fut souvent sollicitée pour aider le club, mais elle n’avait pas de solution de remplacement. Elle offrait cependant quelques subventions pour aider l’A.B.B. à tenir le coup, faisait son possible mais … . Jusqu’au jour, où, en 2008, une proposition est venue de Gérard Cabon l’adjoint aux sports de la ville de Brest, une salle à aménager dans l’ancienne école Kérichen. Jos Berlivet et son comité directeur ont saisi la balle au bond et le dossier a alors évolué sous la responsabilité cette fois de Patrick Appéré le nouvel adjoint aux sports de François Cuillandre le maire de Brest. Difficilement au départ puisque les travaux étaient nombreux, lourds pour certains, ceux qui concernaient le gros œuvre, mais le chantier était lancé.
 
Ce sont les adhérents de l’Académie qui ont alors réalisé les installations intérieures. Peinture, revêtements sol et murs, décoration, alors que c’est la société « Maxibillard », de Coulommiers, qui assura le démontage et le remontage des billards (au nombre de six cette fois, la salle étant limitée à ce nombre), depuis la rue Duperré vers le 11  du boulevard Léon Blum à Kérichen.
 
L’inauguration officielle  a eu lieu le  10 mai 2009, d’ores et déjà des compétitions s’y sont déroulées, sur des billards recouverts de drap bleu maintenant, et aux dires de tous, cette salle où sont implantés deux billards de 3m10 et quatre de 2m80 est superbe. Reste maintenant aux sportifs brestois de glaner de nombreux trophées, la moisson vient de débuter, Yves Bernard l’un des plus talentueux joueur du club vient de décroché dimanche dernier le titre finistérien à la discipline « 3 bandes – N3 » et il disputera, les 25 et 26 avril à Brest, la finale ‘masters’ de Bretagne dans la discipline « 5 quilles » … mais il n’est pas le seul à se distinguer à l’A.B.B., les champions actuels ou en devenir sont nombreux.
Le 11 Septembre 2010 lors de l'assemblée Générale Dominique Barbosa succède à  Jos Berlivet à la présidence du club. Merci Jos pour ton investissement durant ces 8 années.
 
 
 



Créer un site
Créer un site